C’est aujourd’hui les amis !

Superflu et Corde Brève au Satin Doll, ce n’est plus un rêve mais la réalité de ce jour.

« Superflu sort son troisième album au printemps 2007 et retrouve la scène pour fêter l’évènement. Après deux albums (« Et puis après on verra bien » et « Tchin Tchin »), Superflu a traversé un désert discographique de 6 ans. Il en a rapporté « La Chance » : 12 chansons sombres qui plairont aux amateurs de folk-pop et de mots qui font mouche. »
Infos trouvées sur http://www.agenda-culturel.com
Plus de renseignements sur le concert de ce soir ? Cliquez  !

7 réflexions sur « C’est aujourd’hui les amis ! »

  1. sud-ouest
    vendredi 14 mars 2008

    à suivre…

    superflu, essences feutrées

    superflu existe depuis 1994 à lille, autour de chansons bidouillées sur un quatre-pistes maison. un violoniste intègre le groupe en 1997 avec les premiers concerts parisiens, et des textes plus secs aux ambiances plus pesantes. «le village vert » s’y attache, ce qui donne la même année un premier album, « et puis après on verra bien ». puis sort en 2000, « tchin tchin », qui voit l’arrivée d’un batteur.

    il faudra ensuite attendre « la chance » en 2005, au titre ironique pour la suite discographique. et une nouvelle configuration du groupe, que l’on retrouve live aujourd’hui. à l’écoute sur myspace de deux vignettes réalisées par les fameux « married monk », on se retrouve en terres folk-rock (avec un beau piano), peut-être plus roots du côté des guitares aux sonorités évocatrices ; en tout cas toujours chanté dans un français de proximité, aux influences anglo-saxonnes. l’ensemble dégage un charme feutré, riche, qu’adouberont sans faute les amateurs de murat.

    superflu (+corde brève), le 14 mars à 17h30 à la fnac ; et en concert à 20h30 au satin doll de bordeaux ; 12 et 15 euros 06.68.82.58.23 et http://www.bordeaux-chanson.org

    20 minutes
    vendredi 14 mars 2008

    bons plans du week-end

    superflu, corde brève

    situant sa musique entre folk-pop aride et chansons sombres, superflu vient dévoiler au satin doll son carnet de route musical et intimiste en interprétant les titres de son troisième album « la chanson » sorti en 2007, sept longues années après « tchin tchin ».

    thomas sinier, alias jon smith, présentera, quant à lui, son nouveau projet, corde brève, né de sa rencontre avec charlotte jubert, bassiste du groupe d.o.l.l.a.r.$

    12.15 € 19h ce soir au satin doll, 18, rue bourbon, bordeaux 05.56.50.07.15

  2. … ah bon Superflu cela ressemble à Murat (dixit Sud Ouest)… alors je devrais apprécié… pour l’instant je ne connais pas… je n’aipas eu le temps d’aller écouter plus en détail… mais j’adore cela… les découverte surprise organisé par la géniale asso Bordeaux chanson…
    à ce soir donc pour aimer ou me saoûler !!!

  3. oui à ce soir les amis. moi aussi je ne connais pas "superflu" mais j’adore découvrir des univers musicaux et il faut dire qu’avec "bordeaux chanson" nous sommes servis ! bise de youpi !

  4. sud-ouest
    samedi 15 mars 2008

    point de vue
    par yannick delneste

    superflu

    le duo inaugural avait planté le décor. corde brève, nom de groupe issu d’un poème du dix-neuvième comme le bordelais thomas sinier aime les adapter et mettre en musique. celui qui est aussi le précieux jon smith guitarise la voix claire et tranquille de charlotte jubert et nimbe le cabaret d’un beau bleu gris. quelle belle idée d’avoir allié ces talents d’ici avec ceux venus de paris. rock mélancolique ou folk naturiste : les étiquettes sont collées sur superflu, c’est bon, passons. nicolas falez écrit, compose et chante des titres où l’on se résigne avec les yeux brillants, où l’on chemine vers la fin en écoutant les nombrils arrondis, où l’on feint d’oublier en trinquant, les avanies des convives, où « heureusement, il reste nos ennemis : ce sont les plus fidèles ». autour de sa guitare et sa voix qui chuchote haut, quatre compagnons se serrent sur la petite scène, parfait abri pour ces chansons tendrement désespérées. la justesse de superflu tient là, dans cet équilibre dont on aime sentir la fragilité, entre un violon magnifique et cette tristesse qui se déshabille avec pudeur. elle durera toujours, comme aurait dit l’autre, alors chantons-la en nous souriant.

    hier soir au satin doll.

  5. J’ai péché ça sur le blog de Bruno :
    que rajouter de plus à l’excellente critique de yannick delneste ? simplement que je ne connaissais pas superflu avant le concert (eh oui, il n’est pas possible de tout connaître, de tout écouter) et que maintenant je les connais. j’aime beaucoup leur univers que je vais pouvoir retrouver dans "la chance" leur troisième album que j’ai acheté sur place ! dire également que sonia, la seule fille du groupe est une belle personne, avec beaucoup de charme et d’élégance et que depuis je suis tombé sous son charme ! c’est malin !

  6. … je rejoint yannick, marine et bruno pour vous dire mes impressions très proches et enthousiastes… quel beau nombril cette chanson pop douce et élégante… une sensation de douceur bercée par des textes poétiques, une musique lumineuse, des voix cristalines… un régal qui est loin d’être superfu… avant inconnu, pendant admiratif, après charmé… merci à superflu et à bordeaux chanson pour son goût de la découverte et du risque élégant…

  7. Puis je rajouter à l’aspect artistique précieux la rencontre de très belles personnes avec qui les instants furent aussi légers et charmants qu’une chantilly sous la tonnelle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.