1 réflexion sur « Puis dans Bordeaux 7 »

  1. Donc hier le final, le feu d’artifice emotionnellement musical… Adeline Moreau et son univers minimal, épuré et chronique du petit quotidien qui lui va si bien, un piano, une belle voix, un violoncelle et des jouets musicaux pour un mini set (un peu court) fragile et beau.

    Vint ensuite le parrain au grand coeur et à la gentillesse pointée, le Franck Monnet qui ne déçoit pas, qui aimait être là et cela se voyait quitte à faire valdinguer les chansons dans des formats déjantés et oniriques… un beau moment comme toujours, une valeur sûre que ne nous déçoit jamais… mais pourquoi n’est-il pas plus connu… un mystère à lever très vite…
    Merci bordeaux chanson pour cette édition… éclectique, surprenante et au final haut de gamme…
    à l’année prochaine avec ……… (censuré !) …. comme parrain !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.