Claire la Rouge

Ca fait longtemps déjà que notre petite équipe suit le travail de cette artiste atypique, aussi courageuse qu’insaisissable. Revoilà Claire Diterzi, pour notre plus grand bonheur, dans une création autour de la vie de Rosa Luxembourg. Le spectacle est le fruit d’un travail avec Marcial Di Fonzo Bo (critique de Libé ici).

Vidéo de présentation ici.

Le Cd de Claire sort chez Naïve, et reçoit la critique de Valérie Lehoux de Telerama :
Ceux qui s’attendraient à un album classique doivent être prévenus : c’est plutôt la bande-son, musicale et chantée, du spectacle de Marcial Di Fonzo Bo dans lequel Claire Diterzi évoque Rosa Luxembourg (personnage d’insoumise qui lui va bien). Ceux qui voudraient que la chanteuse se soit entière­ment renouvelée entre ce disque-ci et le précédent doivent aussi le savoir :­ ce n’est pas le cas. Musicalement, Rosa la Rouge fait plusieurs fois écho à ­Tableau de chasse, très bel album sorti en 2008. Cela étant précisé, on pourra ­entrer sans retenue dans l’univers de la révolutionnaire. D’autant que loin de la figer dans le passé, Claire Diterzi l’inscrit dans une réalité très contemporaine, ce qui peut surprendre de prime abord mais n’a rien d’étonnant de la part d’une artiste iconoclaste qui adore croiser les disciplines, élargir les champs et tester de nouvelles sonorités (Camille n’est pas seule sur ce terrain-là). Cela va d’ailleurs bien au-delà des habituelles touches d’électro : sur Cellule 45, qui évoque l’enfermement de l’héroïne, des bruits de prison, de portes et de clés ­deviennent peu à peu les percussions de la chanson ; c’est fort, entêtant et poignant. Sur d’autres morceaux, Diter­zi ­insuffle, tout au contraire, une distance inattendue : l’entendre siffler Casta Diva en toute fin de disque, confère à la ­mémoire de Rosa une grandeur et une fragilité très émouvantes. Et souligne son ­universalité.

Myspace de Claire ici.

10 réflexions sur « Claire la Rouge »

  1. … et la polémique autour de l’entrée à la Villa Médicis naquit :

    http://www.google.com/hostednews...

    personnellement je n’ai rien contre Claire Diterzi… mais il faudrait tout de même plus de place pour la création et compostion de la musique contemporaine… ce n’est pas une chapelle mais une nacelle qu’il faut pour soutenir ce qui est si rare et si peu populaire… diversité doit rimer avec égalité !

  2. "au profit d’une production artistique qui, séduisante par essence, a la faculté de mettre tout le monde d’accord sans aucun effort"

    pour claire diterzi, désolé ce n’est pas trop adapté…

  3. Et ça alors :

    Les signataires estiment que les musiques actuelles, "plus populaires, touchent un public déjà nombreux et jouissent d’une médiatisation plus large que la nôtre".

    Ils vivent où les signataires ??? Les "musiques actuelles" (et on demande une définition, vu qu’on nous a déjà dit que la chanson n’en faisait pas partie…) ne sont pas nécessairement populaires !!

    Nous sommes bien placés pour témoigner qu’il est très difficile de toucher le public et que la médiatisation est réservée à certaines grosses machines qui saturent le marché… et nos oreilles !

  4. … je regrette, Claire Diterzi c’est génial, exigeant, beau… mais cela ne rentre pas dans la définition de ce que l’on nomme "les musiques actuelles" : musique de création en devenir.

    La chanson française même si exigeante comme l’aime Bordeaux chanson reste une musique actuelle dite vivante c’est à dire ayant un public et un soutien… même si mini mini soient-ils !

    désolé les amis mais Claire Diterzi n’aurait pas du accepter sa nomination à la Villa Médicis !

  5. pour avoir vu plusieurs fois claire diterzi sur scène, je peux dire qu’elle n’est pas une artiste formatée et son travail se rapproche peut-être de plus en plus (et surtout dans rosa la rouge) d’une "musique de création"…

    de toutes les façon, je lui fais confiance pour "dépoussiérer" cette institution… vive les mélanges et le changement…

  6. … je pense qu’objectivement et artistiquement elle a sa place dans cette institution…

    mais là n’est pas le débat, le fait est, dès lors, que les autres compositeurs de musiques nouvelles / contemporaires / abstraites eux n’ont aucun espace pour exister !

  7. Il y a donc 3 questions :
    – Un spectacle de création comme celui de Claire Diterzi a–til sa place à la Villa Médicis ? (perso, je n’en sais rien, et je m’en fous un peu, je voudrais juste que les raison invoquées par la critique soient justes, Claire Diterzi n’est pas Pascal Obispo !)
    – Cela prive t-il les musiques actuelles telles que tu les définis Christo, d’un lieu dédié ?
    – Pourquoi les musiques nouvelles / contemporaires / abstraites ont elles si peu d’espace pour exister ?

    Enfin la définition des "musiques actuelles" me semble être une création politique qui ne recouvre pas de réalité tangible, chacun pouvant mettre dans cette enveloppe ce qu’il veut.

  8. Déf de Wikipédia : Les musiques actuelles sont une appellation assez floue du ministère de la Culture français, qui caractérise et regroupe les différents styles musicaux de la fin du XXe siècle, début du XXIe siècle. Elle regroupe quatre grandes familles musicales, à savoir la chanson, le jazz, les musiques amplifiées (terminologie de l’administration française) et la musique traditionnelle (si elle est accompagnée d’instruments modernes tels que la batterie ou la guitare basse…). Cette appellation n’est pas véritablement satisfaisante car elle entend non "musique actuelle" mais "musique populaire actuelle".

    On retrouve dans les musiques actuelles, différentes formes musicales contemporaines, s’appuyant sur les évolutions techniques et structurelles en termes de création sonore et utilisant des technologies nouvelles (musique électronique, multi-diffusion…).

Répondre à Marine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.