Toro Piscine vu par Pauline

Toro Piscine à Paloma (Nîmes) samedi 22 novembre 2014

Toro piscine occupe l’avant de la scène, première partie oblige ! Et pourtant, Toro piscine envahit l’espace. « Je te fais des coups en douce… de discrets hématomes, l’amour et ses arômes », du texte, bien travaillé, sabré, à la serpe, sec et torturant, on est spectateur auditeur, attentif. Et puis ça décolle : la voix rocailleuse et le son garage, ou l’univers d’un atelier d’industrie plutôt, l’attitude rockeuse… Et la basse grave, la batterie bien franche, les sonorités bizarres qui trouent l’espace du musicien électronisciste (et même si le correcteur d’orthographe ne veut pas le mot, c’est comme ça qu’il s’appelle sur leur site), les mélodies, presque des ballades parfois, de la guitare : vrais musiciens sur scène et humaine condition tourmentée – les petites annonces grinçantes et décalées d’ « infiniment petit », avec des blagues entre les chansons, (Nîmes si accueillante qu’on a mis du mauvais temps pour ces musiciens bretons). Toro piscine, à Nîmes, ça aurait pu mal sonner, en fait, c’est tout le contraire d’une fiesta del sol, et c’est la grisaille, la tempête, un son métallique de mécano bien brut, un son de docker. Ouais, vraiment bien ! Nb : Toro piscine en première partie de Miossec… Il y a dix ans, c’est Miossec qui était en première partie de Placebo aux Arènes de Nîmes … Passage de relai ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.